Actualités Normandie

Ouverture du procès des gérants du Cuba Libre à Rouen

09 septembre 2019 à 13h23 Par Julie DESBOIS
Jour 1. Le procès des deux gérants du Cuba Libre s’est ouvert ce matin à Rouen.

Ce bar situé rive gauche ou 14 jeunes ont perdu la vie dans la nuit du 5 au 6 aout 2016... Ce soir-là, la bande d’amis fêtait les 20 ans d’Ophélie. En descendant l’escalier de la cave, les bougies du gâteau ont enflammé le plafond (qui ne fait qu’1m60 à cet endroit). La suite est dramatique. Les victimes se sont retrouvées coincées.

Ce lundi matin, les premières heures du procès se sont concentrées sur l’historique de l’établissement et sur la personnalité des prévenus.

Le procès de la négligence

Les deux prévenus sont les frères Boutrif, jugés pour homicide involontaire et blessures involontaires par la violation délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité. Concrètement, le procès qui va durer 7 jours va examiner point par point les facteurs qui ont permis une propagation rapide des flammes.

Le sous-sol aménagé en piste de danse était tapissé de mousse isolante facilement inflammable, l’issue de secours ne pouvait pas être ouverte, absence d’alarme incendie. L’aménagement du sous-sol n’avait pas fait d’objet d’une autorisation auprès des services d’urbanisme.

Les propriétaires du bar encourent jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Un dispositif exceptionnel

Ce procès correctionnel se tient dans la salle de la cour d’Assises, compte tenu de l’envergure de l’affaire. Il s’agit d’une salle réservée aux parties civiles : les familles des victimes, entre 80 et 100 personnes, celle des prévenus, et aux journalistes accrédités… Une deuxième salle permet de suivre les discussions via la vidéo avec là encore, des proches, la presse et du public… Une 3e est uniquement réservée aux familles pour qui l’émotion est évidemment vive… Elles bénéficient donc du soutien des psychologues, associations de victimes et juristes. Une vingtaine d’avocats des parties civiles sont présents pour défendre la cause des victimes…

Les plaidoiries et le réquisitoire prendront fin le 17 septembre. La décision devrait être mise en délibéré.