Actualités Normandie

Les associations sportives inquiètes pour leur avenir

07 octobre 2020 à 08h26 Par Joris CRISTAL
Crédit photo : Pixabay

Pas facile d’être à la tête d’une association en ce moment. Le club de judo de Gravigny-Reuilly dans l’Eure ne compte que 80 licenciés à ce jour. Loin des 130 de la saison passée. La faute au coronavirus.

Le club de judo de Gravigny-Reuilly dans l’Eure ne compte que 80 licenciés à ce jour, contre 130 la saison passée. Le responsable est le coronavirus. Naturellement et malheureusement, les finances vont en prendre un coup si rien n’évolue, comme le constate Michel Gicquel, président de la section judo de Gravigny-Reuilly depuis quatre ans.

Écouter le podcast

Cette association est donc à la recherche de nouveaux sponsors. Ce qui pourrait lui permettre de respirer financièrement et de payer, avec sérénité, ses deux salariés : deux entraîneurs. « On pourrait également s’en sortir en ayant plus de licenciés. D’ailleurs, les inscriptions sont encore ouvertes et il est possible de faire un cours d’essai avant de s’engager. La mairie étudie tous les problèmes des sections de Gravigny. On espère que l’issue sera positive pour nous. Je pense que le département de l’Eure va aussi nous aider », explique Michel Gicquel, qui a mis en place un protocole sanitaire strict : prise de température avant l'entrée dans le dojo, interdiction d’y pénétrer si on ne fait pas partie du bureau de l’association ou si on ne pratique pas le judo, obligation pour les enfants de venir avec du gel hydroalcoolique, port du masque pour les adultes pendant l’entraînement sauf en cas de combat ou encore désinfection des tatamis.