Actualités Normandie

L’hôpital psychiatrique du Rouvray, près de Rouen, visé par une procédure d’urgence

26 novembre 2019 à 10h55 Par Julie DESBOIS
Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) dénonce des atteintes aux droits fondamentaux des patients, accueillis dans des conditions indignes.

Après la grève des soignants pour dénoncer le manque de moyens, le contrôleur Général des lieux de privation de liberté fait un bilan accablant sur la gestion des patients de l’établissement situé à Sotteville-Les-Rouen. Il pointe des manquements à la déontologie et des violations des droits fondamentaux à la suite d’une visite menée du 7 au 18 octobre.

L’autorité indépendante dresse des recommandations d’urgence destinées à la direction. Il a été observé dans l’hôpital un état de délabrement avancé, comme des serrures manquantes aux portes des WC… Des conditions de vie spartiates, dégradantes dans des petites cellules qui font office de chambres, et même « inhumaines » souligne le rapport. Les déplacements des patients sont très limités avec peu d’activités proposées, si ce n’est celle d’apprivoiser l’ennui.

Dans le viseur également : des mises à l’isolement discutables, et le mélange de mineurs hospitalisés avec des adultes faute de places. Le rapport fait état d’ « incidents graves au sein des unités d’hospitalisation pour adultes, dont des adolescents seraient victimes, constitués de propos et gestes violents de la part de patients adultes, parfois de nature sexuelle »

Ces observations ont été adressées aux ministres de la Santé et de la Justice. La direction dit examiner ces recommandations pour bâtir un plan d’action à court terme.